Descriptif du moulin de Rimbault

Tel un guet, le Moulin de la Bigoterie à Rimbault est « planté » à l’entrée de la forêt de CHIZE, la plus grande du POITOU-CHARENTES. Il domine fièrement une vaste étendue de prés et de cultures. b-descriptif-a.jpg

b-descriptif-b.jpg

b-descriptif-c.jpg

A titre indicatif, le moulin, un peu en dehors du lieu dit de Rimbault a toujours appartenu au village de BEAUVOIR au contraire du lieu dit même qui dépendait autrefois de la commune de MARIGNY. 

Le Moulin de Rimbault est un moulin-tour de 12 mètres de haut, construit en pierres de pays. Le terme de « tour » désigne un moulin avec un corps maçonné avec des pierres de la région. Dans ce type de construction, seul le toit pointu, qui coiffe le corps de pierre cylindrique, tourne pour orienter les ailes au vent.  Le moulin tourne sur lui-même grâce à des galets roulant sur une pièce circulaire, appelée sablière, posée au sommet du corps. L’orientation de ce moulin est effectuée par une queue qui est une très grande poutre reliée à la toiture et descendant jusqu’au sol.

b-descriptif-d.jpgb-descriptif-e.jpg

Comme la généralité des moulins, il fonctionne selon le principe d’une meule tournante (ou courante), entraînée par un arbre de transmission, qui est superposée à une meule dormante (ou gisante), les deux étant solidaires à la maçonnerie. Le grain coule depuis une trémie entre les deux meules où il est broyé. Cette mouture est ensuite blutée, pour dégager la farine du son et du gruau.

 Il domine la plaine niortaise, et est le plus ancien survivant des nombreux moulins à vent de la région et des sept moulins que comptait autrefois la commune de BEAUVOIR SUR NIORT.

b-descriptif-f.jpg

Selon les termes anciens, la maison du meunier est composée d’une chambre, deux petits toits, deux petits jardins (Un de chaque côté du moulin) et une pièce de terre contenant une boisselée environ.

 b-descriptif-g.jpg La maison du meunier au premier plan et son moulin

b-descriptif-h.jpgLa maison du meunier en août 1999

Moulin banal dépendant, jusqu’à la Révolution, de la Seigneurie de Rimbault, son existence est mentionnée dès 1482 : Il en a vu, donc des gens passer sous son ombre. Le temps l’avait « décoiffé », privé de ses « bras », après que les minotiers eurent cessé de le nourrir en froment. 

La modernité et l’industrialisation inévitable eut donc raison du Moulin de Rimbault, à l’instar de ses congénères et en 1928, le dernier des meuniers de ce lieu, Louis ROYER, dût abandonner le métier et arrêter définitivement, pensait-il sûrement, le mécanisme et la fonction de l’édifice. 

Pendant plus quarante ans, le moulin est resté endormi à lutter contre les usures du temps mais grâce à l’œuvre des Amis du Moulin de Rimbault, le Moulin a retrouvé, par étapes successives, depuis 1973  toute sa splendeur et depuis 20 ans, « tourne et fait farine ».

b-descriptif-i.jpgb-descriptif-j.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site